Home

Filmtage Augsburg `03

Einleitung/Info
Michael Moore
Timetable
Anmeldung/Application
Akkreditierung
Presse
Anfahrt
Partner/Sponsoren
Impressum
Kontakt
Kinderfilmfest 2003
Einleitung/Info
Bilder d. Eröffung
Wettbewerbsfilme
Modellprojekt
Der goldene Spatz
Tage des unabh. Films
Einleitung
Programm
Alle Filme: A-Z
In America
Fokus Iran
Timetable
Kurzfilmwochenende
Einleitung/Info
Wettbewerb 1
Wettbewerb 2
Wettbewerb 3
Wettbewerb 4
Wettbewerb 5
POP-EYED
Kino von Morgen
Einleitung/Info
Programm
Anmeldung/Application
Archiv
Filmtage 2002
Die Autovermietung Hertz-Straub
Denim Air
Mobility by Werner Ziegelmeier GmbH
Schwarzbräu


Filmtage Augsburg 2003

17. Tage des unabhängigen Films/
Days of Independent Film:
24. November - 30. November 2003

Der Schmetterling
Le Papillon

>> ZU SEHEN AM
Sa, 29.11. - 16.00 Uhr im Mephisto


Eine märchenhafte Komödie, ein romantisches Abenteuer, das zu Herzen geht mit Michel Serrault und Claire Bouanich. Julien ist ein grosser Schmetterlings-Sammler. Eines Tages bricht er auf, um eine Isabelle zu suchen - einen herrlichen Nachtfalter, so schön wie selten. Er freut sich schon auf eine wunderbare Bergwanderung durch tiefe Wälder. Aber Julien hat die Rechnung ohne Elsa gemacht, das achtjährige Nachbarmädchen, um das sich die Mutter kaum kümmert. Elsa hat beschlossen, die Reise heimlich mitzumachen...

Selbstverständlich würde Julien seinen blinden Passagier gern auf der Stelle wieder loswerden. Aber bei Elsas Mutter geht niemand ans Telefon. Also machen sie sich auf den Weg, über Stock und Stein, der knurrige alte Sonderling (unwiderstehlich: Michel Serrault) und Elsa (bezaubernd: Claire Bouanich), die ihm unbekümmert Löcher in den Bauch frägt - immer auf der Suche nach der geheimnisvollen Isabelle...

Interview mit Philippe Muyl (Regie, franz.)

Pourquoi filmez-vous?


Parce que j’aime raconter des histoires. Parce que c’est une façon de m’exprimer et de mieux me connaître. Parce que je pense que les histoires que j’ai à raconter peuvent “servir” à quelque chose dans la mesure où elle ne contribuent pas à exciter la partie sombre de l’individu (il y a suffisamment de films pour ça !)


Suivant mes infos; ç’est la première fois, que vous avez écrit le scénario tout seul. ç’était par hasard ou exprès?

Mon premier film “L’arbre sous la mer” était une adaptation d’un roman grec, adaptation que j’avais faite seule. J’ai écrit le scénario de “La vache et le président” à 95%. Effectivement, j’ai écrit le scénario de “Le papillon” seul. J’ai eu beaucoup d’expériences de travail avec des co-auteurs. J’en connais les avantages et les inconvénients. C’est un système qui marche mieux aux USA, au détriment du respect des auteurs d’ailleurs. J’ai de plus en plus envie d’écrire seul car je crois maintenant savoir où est mon univers personnel, un mélange d’humour, de tendresse, d’ironie. Je crois que c’est mon propre registre. Je compte en tous cas écrire trois ou quatre histoires seul. Nous verrons après si c’était la bonne solution.


ç’était difficile de convaincre Michel Serrault, pour qu’il joue dans votre film?

Je ne le connaissais pas. J’ai donné le scénario à son agent. L’agent l’a lu puis l’a donné à Michel. J’ai appris plus tard que la première lectrice avait été sa petite fille (15 ans). C’est elle qui lui a dit “c’est un beau scénario, tu devrais le faire !”. Michel l’a lu et m’a dit “oui”. Pour une fois, c’était assez simple. Ce n’est pas toujours le cas, loin de là !


Combien de temps vous avez cherchée une actrice pour le rôle de la petite Elsa?
Et comment et ou vous l’avez trouvée?


Trois ou quatre mois. Nous avons vu environ 300 enfants. La sélection est assez rapide. Il y a peu d’enfants qui ont l’instinct du jeu, qui savent d’emblée jouer juste, et qui ne cabotinent pas. J’ai eu la chance (et l’intuition !) de voir en Claire la petite fille qui pourrait vraiment donner de l’âme au personnage. Il lui a suffi d’une demi-journée de tournage pour se mettre dans le ton. Après, elle a été parfaite du début jusqu’à la fin. C’est une fillette adorable, très intelligente, qui vit dans un milieu familial équilibré.


Venait-elle de la campagne ou d’une grande ville

Elle vit dans la banlieue parisienne.


Si elle viens d’une grande ville; ç’était difficile pour elle de se retrouver en plein montagne avec toutes les insécurités des temps et des chemins.

Un tournage est nécessairement très bien organisé sur le plan logistique. Il n’y a eu aucun problème, même quand nous avons dû subir la pluie et le brouillard. Le seul problème avec les enfants c’est la fatigue. Nous avions des horaires de tournage un peu difficiles: se lever très tôt ou aLors se coucher très tard. Dans ce cas là, on ne peut rien faire d’autre que de respecter le rythme biologique de l’enfant, d’autant plus qu’il faut tenir deux mois.


Même question pour Michel Serrault.

Evidemment, Michel n’est pas tout jeune, et la montagne est assez épuisante. Certaines scènes qui nécessitaient de marcher d’un bon pas avec le sac sur le dos n’ont pas été faciles. Mais il y en avait peu. Ce qui est difficile c’est de faire attention à l’un et à l’autre qui, chacun à leur façon, pour des raisons différentes, accusaient parfois la fatigue. Or, pour que la comédie soit bonne, il faut que les deux acteurs soient en pleine forme, ensemble, au même moment.


Etait-elle difficile a guider? (je sais si ç’est le mot exact); mais je veut savoir, comment vous avez réussi a la faire sembler aussi naturellement; même dans les scènes dramatique dans le trou et après

Je ne sais pas! Elle jouait assez naturellement. Quand elle en faisait un peu trop ou alors quand elle “chantait” le texte, ce qui lui arrivait de temps en temps, je le lui faisais remarquer et elle comprenait immédiatement. Il y a eu des moments difficiles. La scène de la grotte est un exemple. Je crois qu’elle était fatiguée ou alors qu’elle avait un peu peur. Diriger un enfant, c’est plus de la psychologie que de la direction d’acteur. Mais je ne suis pas psy ou pédiatre ! J’ai fait ça simplement, en lui parlant normalement. Je n’ai eu aucun problème de relation avec elle. Il faut aussi rendre justice à sa maman qui était avec nous, qui la préparait la veille pour les scènes du lendemain et qui m’a considérablement aidé.


Comment avait-elle réagi; quand elle se retrouvait face à face avec un grand vedette comme Michel Serrault.

Le plus simplement du monde ! Pour elle, Michel n’était pas une grande vedette ! Elle l’avait peut-être un peu vu à la télé ou alors ses parents lui avait dit qui il était mais au fond, ça lui était égal. Pour elle Michel Serrault est un comédien, c’est tout ! Et un comédien, ce n’est pas particulièrement impressionnant !


Regardant votre filmographie, ç’est votre deuxième films, qui est aussi pour un public des enfants. ça vous plait de faire des films pour les petits ou pas?

J’aime faire des films non pas “pour enfants” mais pour la famille: des family movies. J’en ai fait deux (plus un téléfilm avec une petite fille cambodgienne). J’en referai probablement un plus tard (j’ai l’idée !) mais d’abord je vais faire un ou deux films “sans enfants”. Il faut que je grandisse moi aussi ! Je dois ajouter qu’en France, aucun professionnel ou financier ne s’intéresse à ça. C’est un genre mineur. C’est aussi ce que pensent les critiques ! Alors on ne peut pas se battre tout le temps contre tout le monde ! Je trouve ça très regrettable car il y a une vraie responsabilité morale dans le fait de faire des films. Que montre t’on aux enfants ? Les Américains s’en occupent (plutôt bien, comme beaucoup de ce qu’ils font), les cinématographies nordiques un peu, et les Français pas du tout ! Je trouve que ce serait presque un devoir de produire chaque année un certain nombre de films “familiaux” qui véhiculeraient des valeurs positives. Quand je dis ça ici, à Paris, on dit que je suis “réac” (conservateur). Je n’en sais rien. En tout cas, c’est ce que je pense !


Imaginez-vous, que je serait un producteur, qui veut vous donner tous que vous désirez. N’importe quel vedette, n’importe la somme, qui vous dépensez. Que sera votre projet de rêve?

Je voudrais adapter “Sidharta” de Herman Hesse, et ce serait un film sans paroles avec uniquement de la musique ! On peut rêver !!!

AMITIÉS PHILIPPE

 



 

Der Schmetterling
Le Papillon
Filmdaten

Frankreich 2002, 83 Min
Regie/Drehbuch: Philippe Muyl
Kamera: Nicolas Herot
Schnitt: Mireille Leroy
Musik: Nicolas Erréra
Darsteller: Michel Serrault, Claire Bouanich, Nade Dieu, Françoise Michaud
OmdtU


Der Schmetterling
Le Papillon
Pressedownload

Bild 1

Bild ist Eigentum und ©,®,™ des jeweiligen Filmverleihs.

 

13. Internationales Symposium Kino von Morgen Augsburg 22. Augsburger Kinderfilmfest 12. Kurzfilmwochenende Augsburg 17. tage des unabhängigen Films